image

En arrivant au Nepal, je n’avais qu’un seul objectif concret :
Aller me perdre dans les montagnes en solo et camper devant la chaine de montagne la plus impressionnante du monde : L’himmalaya !

Donc en arrivant a Kathmndu, sans guide touristique et sans reperes, je vais vous raconter comment j’ai pu rallier les plus hauts sommets du monde et camper devant les annapurnas, car c’etait toute une aventure de s’y rendre par les voies secondaires (donc cheap):

J’avis booké une nuit en dortoir a Kathmandu, une petite auberge du nom de « fireflies » perdue dans une petite rue a 1km au Nord de Thamel, le quartier touristique de la ville.
J’y suis arrivé a 3h du matin, apres un ride de taxi a 400 rn (Roupie Nepalaise) je me suis couché aussitot…
Au reveil il y avait 2 allemands, bavarois dans la piece : Martin, un gars qui parcours l’asie en quete de recettes de cuisine pour son blog (https://lovefoodasia.wordpress.com) et son ami Mathias avec qui il voyage depuis quelques temps…
Bref on a discuté un peu, eu aussi venaient d’arriver a Kathmandu et comptaient partir faire le tour des annapurnas ! Ils ėtaient tous les deux un peu moins a l’arrache, un petit guide touristique en maiń ils savaient ou aller pour obtenir le permis de trek etc…
J’ai décidé de faire un bout de chemin avec eux en ville pour aller me faire mon permis aussi, peut etre meme partir avec eux faire la grande boucle !

On a traversé un gros bout de la ville ensemble (a pieds) et on s’est perdu a plusieurs moments… Une fois arrivés au « tourist information center » perdu non loin d’une gare d’autobus et apres avoir discuté quelques minutes avec une charmante hotesse d’acceuil, j’ai compris que je n’aurais pas le temps de faire le tour complet des annapurnas, car il faudrait 18 jours en tout, je n’en avait que 22, ce qui ne laissait aucune marge d’erreur en cas de meteo changeante etc. De plus les annapurnas sont a 250km de la ville…
Bref je devais décider decfaire autre chose !
La un type est arrivé et m’a dit que je pouvais aller a L’ »Annapurna Base Camp », que c’etait faisable en 10 jours et que je pouvais le faire en solo ! Deal !
J’ai donc fais la paperasse pour le permis, il faut 2 permis en fait, c’est un peu compliqué et pour un permit solo de 10 jours ca me couterais 4500 rn… Ca va !

image

Il m’a aussi donné toutes les indications de base, je devais me rendre a Pokhara et de la rejoindre un bled du nom de Kande ou Phedi.

Les allemands ayant fait leur paperasses aussi on est retournés a l’auberge en passant par la case bière (les allemnands ont une reputation a tenir… et les bretons aussi). J’ai aussi acheté une carte detaillé des annapurnas au cas ou. On a mangé un streetfood pour 200 rn, mon premier plat nepalais : riz fris poulet avec epices fortes, un truc qui arrache bien haha !

De retour a l’auberge dont on etaient les seuls clients, on a pioncé comme des merdes. Au reveil on a decidé de se rendre essemble a une gare de bus locaux nommée « Gangabu » a environ 30mn de marche de notre position pour prendre chacun nos bus respectifs ! On est partis vers 9h du matin.

La gare de Gangabu est une gare de bus locale a echelle nationale, c’est un genre de gros merdier ou transitent toute sorte de gens mais tres peu de touristes ! Il n’y a pas d’horaires, tout est ecris en népalais et on doit faire confiance aux gens pour savoir ou on va !
Heureusement les vendeurs, chauffeurs et autres zonars sont sympa et donnent des explications assez claires !

J’ai finis par trouvé un minibus qui se rendait a Pokhara en 7h de trajet et qui etait sur le depart avec a son bord 5 passagers sur une capacité de 10 (j’ai realisé plus tard qu’on tenais bien a 20 dedans), j’ai mis mon backpack sur le toit et dis byebye a mes deux potes…

Ha, les localbus ! Toute une expérience !
Tout d’abord il semblerais qu’au Nepal le klaxon soit plus utile que l’accelerateur, ensuite le code de la route… Hum… Y a t il seulement un code ? En fait non ! Pas de regles ! Sans parler de l’etat des routes absolument lamentable, je me suis souvent plaind des routes quebecoises mais en fait je realise qu’elles sont dans un etat merveilleux en comparaison ! En fait les routes au Nepal rappellent les routes boliviennes pour ceux qui connaissent, soit un chemin de terre amelioré, avec, parfois, des traces de bitumes ici et la !
Ce qui obligent les conducteurs a faire des écarts sans arrets !

En quittant la ville le bus a ramassé 8 personnes de plus qui m’ont toute devisagée l’air de dire « hey mais qu’est ce que tu fout la? » ; j’ai appris par la suite qu’il y avait des bus dédiés aux touristes et que j’aurais pu faire autrement. Mais je ne regrettes pas, experience geniale… J’ai juste cru 600x qu’on allait avoir un accident !
En fait je pense qu’un conducteur nepalais en france perdrait son permis en environ 9 secondes tellement ils conduisent a la sauvage !

A mi chemin le bus s’est arreté dans un petit village le temps qu’on mange et quand il est reparti on a embarqué une chèvre… Oui une chèvre ! Elle etait confortablement assise sur un siège a l’arriere du bus, nous faisant grace de ses « bèèèh » toutes les 10mn pendant les 4h restantes du trajet ! Bref toute une experience !

Arrivé a Pokhara, en sortant du bus un gars m’a interpelé :
- hey tu cherches une chambre ?
- heu ouais mais pas chere
- oui oui pas chere pas chere
- c’est quoi pas chere ?
- 500 !
- ha ?
- tiens prends cette carte, tu va voir si ca te plait…
- ok, je vais fair un tour et je verrais…
- ok

J’ai pris sa carte et commencé a avancer, avec une clope et mon backpack. Je me souvenais avoir vu un plan de la ville qui montrait que Pokhara etait au bord d’un lac… Je me suis dis « lac = belle vue = hotels » et j’ai entrepris de partir en quete du lac !
En fait la gare de bus locaux etait a environ 2km du lac, sur une grosse avenue sur un gros carrfour appelé sommairement « kilometre zero » et qu’il me faudrait une bonne demi heure pour aller jusqu’au lac !
C’est parti !

Ce qui m’a les plus frappé sur cette avenue qui allait vers le lac ce n’etait pas la saleté ou la circultion, c’etait surout voir tous ces gamins sortant des écoles tout souriants qui me faisaient coucou a chaque 20m ! J’ai du faire le geste coucou au moins 200 fois, soit avec le sourire pour les gamins, soit en faisant la gueule pour dire non aux chauffeurs de taxi qui voulaient que je monte avec eux.

Arrivé au bord du lac une avenue pleine de touriste tapait a gauche, avec plein d’hotels de partout, j’ai commencé a entrer dans un delander les tarifs… 1500 la nuit, ok un autre… 800 la nuit… Au bout de 10 comme ca j’ai ressorti la carte du gars et me suis dirigié vers l’adresse ! Bonne surprise, effectivement 500 la nuit, un wifi vaguement stable, une lit simple avec un matelas de 5cm d’epaisseur, une douche froide et une terasse donnant sur un chouette petit jardin. La chambre etait spartiate mais ca me suffisait !

Le lendemain matin j’ai croisé le gars qui m’avait filé la carte et qui n’etais pas surpris que je sois venu chez lui !
La dessus on est rentré dans une grande discussion pour savoir ou j’allais apres, ce qu’il fallait que je fasse etc !
Il se trouve que Melann (oui c’est son nom, un nom masculin ici) connaissait un gars qui pourrait m’ammener a Phedi pour 1500 rn, sinon fallait que je marche 2km en pente pour aller prendre un bus qui me couterais 1000 rn… Bon bah le plan du gars c’etait bien hein !
Je suis donc parti avec son gars pour 45 mn de route vers le parc des annapurnas ! Le gars qui s’appelait Spanesh (je crois, car j’ai dit « spanish » et il a dit oui) ne parlais pas anglais donc la conversation etait limitée a « oui » et « non ».

Il m’a laché a coté de Phedi en me disant « go, go up » puis est reparti.
Le truc c’est qu’il n’y avait pas de plan, pas d’indication et que le coin etait relativement plat…
Je me suis rappelé de l’autre nom de point de depart, Kande, qui etait plus loin et j’ai commencé a marcher… Au bout de 10mn j’ai tendu le bras pour fare du stop et un type m’a pris et m’a dit dans un anglais impécable que c’etait a 3km plus loin : il m’a conduit !
Bref bilan, le stop marche au Nepal !!

Arrivé a Kande, le sentier devant moi avec un petit panneau indiquant « landruk » devant moi, le trek pouvait commencer !

Voici une petite video du trek qui resume bien tous les moments et impressions ainsi que quelques photos :

>>> https://vimeo.com/121238813

image

image

image

image

image

backpack

Bon, 6 mois de voyage avec du matériel outdoor 3 saisons…

A quoi ressemble le sac ? Qu’est ce qu’il y a dedans ? Combien il pèse ?

On va voir ca…

 

 

 

Tout d’abord, je tiens a vous dire :
Prenez le moins de choses possible, ne prenez que l’essentiel !
Si on résume 6 mois a une journée soit 24h on passe un quart du temps avec le sac sur le dos !
Le poids est donc top prioritaire, il faut optimiser son materiel !

Encore plus si comme moi vous faites très souvent de la randonnée car le matos de camping est un surplus !

La priorité c’est le poids !

Ensuite que l’on parte une semaine ou 6 mois, ça ne change pas grand chose au poids du sac, l’idéal c’est de partir sur une base de 5 jours (donc 6 car vous avez des fringues sur vous aussi hein).
Et laver au fur et a mesure !

 

Voilà mon pack pour les 7 prochains mois de voyage :

 

/// Tout d’abord, 3 choses importantes :
n°1 : Le passeport et des photocopies de passeport
Mon astuce : pochette plastique avec : billet d’avion, tous les papiers etc
n°2 : Chaussure multi-activité (polyvalence et ca évite de trimbaler des pompes en plus)
n°3 : Sac de couchage 0°

/// Le materiel de outdoor – environ 4 kg :
1 tente légère (de préférence aux environs de 1.5 kg) composée d’une moustiquaire
1 bon sac de couchage de moins de 0° en « confort » (de préférence en duvet de canard)
1 tapis de sol (autogonflant ou gonflable)
1 rouleau de ficelle d’escalade – 3 ou 4 m (séchage, attacher sac sur bus etc)
1 couteau outdoor (utile en tout temps et peut servir a se défendre)
1 couverture de survie (pour le cas ou, ca m’a déjà été utile !)
1 mini serviette (sert a essuyer la tente un matin de pluie)

/// Le matériel “manger” : environ 500 g
1 popote
1 grille bbq de camping (ou grille a lapin)
1 réchaud (modèle international)
1 spork (couvert 3 en 1)
1 gourde isotherme
2 briquet
1 chiffon en microfibre (pour laver)

// Les vêtements (sur une base de 5 jours) : Environ 3 kg

5 sous vêtements (de préférence en microfibre (ca se lave et sèche vite)
5 paires de chausettes de randonnée courtes dont une longues
2 teeshirts polaire a manche longues
1 teeshirt thermolactyl
2 teeshirts normaux
1 sweet a capuche (toujours utile un sweet a capuche !)
1 bon pull
1 ceinture
1 pantalon de rando (qui se changent en short au besoin)
1 pantalon en toile fine (pratique pour les pays chaud)
1 collant + un pantalon kway
1 short de bain
1 doudoune sans manches (les bras se réchauffent d’eux même)
1 veste de type Shell (carapace – coupe vent)

// Eletronique – une pochette : Environ 2 kg
1 ipad mini avec coque survivor (étanche et choc)
1 lecteur mp3 (la musique vous sauvera la vie)
1 casque audio “boule quies”
1 appareil photo ou un reflex hybride
1 adaptateur international (avec transformateur)
1 chargeur solaire – pas indispensable mais utile pour la musique !
1 lampe a dynamo
Les chargeurs

//Santé / médic : Environ 300 g
1 serviette microfibre
1 brosse a dent + mini doses de dentifrice
1 trousse d’urgence : smecta, codoliprane, spray O2, sparadrap, béthadine, coupe ongle, scotch, compresses, pansements, razoir, epinge a nourice, anti-palud, collyre etc,
Gel douche et creme solaire (acheté sur place et refilé a d’autres voyageurs), pastille micropur etc

// Bonus
Cadenas
lunette de soleil !

// Pack :
Backpack 50 Litre : 1.6 kg
Daypack 18 litre : 300g – Ne jamais partir sans daypack : se plie et se range dans le backpack !

 

Environ 12.5 kg total portés !
Sans le materiel de camping ca pèserais 8.5 kg…

Et c’est tout !

La nourriture transportée amènera a 2 kg supplémentaire et l’eau a 1 kg de plus ;
ce qui portera le compte a 15.5 kg total prêt a affronter 5 jours de nature !

Après ce qu’il faut bien se dure c’est qu’un pack optimal ne se fait pas du jour au lendemain a moins d’être millionnaire, le bon matériel coûte cher et on ne peux pas investir tout d’un coup, donc faites le vôtre au fur et a mesure de vos voyages et en fonction de vos besoins ! L’important est de penser au rapport qualité/poids !

La dans mon pack j’ai investi environ 2000€ au total… mais sur 4 ans !

spitfire
[MATOS] Voilà une sélection de 6 tentes légère que j’ai eu l’occasion de tester pour vous, le genre de tentes idéales pour voyager en solo.

Pour rappel et comme introduction, je vous invite a lire (ou relire) l’article « Les tentes : Le brief »
dans lequel j’explique comment choisir une tente légère en prenant en compte tous les critères, ainsi que leur signification !

J’ai possédé 2 des tentes suivantes et j’ai vu les autres en action : Que du bon matériel

 

Chaque tente présentée coûte moins de 250 € et pèse entre 1 et 2 kg

 

sarek33

Spitfire Solo SUL, Arium1 et Gossamer dans le Sarek (Laponie)

 

Les tentes présentées sont les suivantes :
- Spitfire Solo SUL (Euréka)
- Arium 1 (Mc Kinley)
- Mygale 1 (Ferrino)
- Solo 1 (Gelert)
- Gossamer (Jack Wolfskin)
- Rigel X2 (Coleman)

Non ! Je ne testerais jamais de tentes Quechua, autant ils sont très bons sur les vêtements, mais sur les tentes ou globalement sur le matos de camping (sac de couchage, tapis etc) a part les popotes : C’est de la m***e !
Pour vous donner un exemple : La plus légère de Quechua (QuickHiker Ultralight) pèse déjà 2.3 kg à sec pour une résistance de 1200 mm et coûte 150 €… la blague ! Un joli jouet quoi !
Ils sont encore a la ramasse sur les notions de légèreté et conditions extrêmes !
Faut la porter et faut pas qu’elle vous trahisse hein !

 

 

SPITFIRE SOLO SUL (Euréka) – Possédé !

spitfiress

Spitfire Solu SUL en Islande

Type : 2-3 Saisons – Double toit
Genre : Demi-Dôme
Auto-portante : Non
Respirabilité : Haute
Imperméabilité : Haute
Habitabilité : 100 cm de haut, 90 cm de large, 230 cm de long
Arceau : 1 seul !
Abside : 50 cm
Tissu sol : 7000 mm
Corps : Tissu 2000 mm  + Moustiquaire
Double toit : 2500 mm
Encombrement : 60 x 20 cm

Poids : 1.2 kg (sèche) ; 1.4 kg (après la pluie)

Zone de test en milieu sauvage :
Gaspésie, Charlevoix, Pacific Rim, Laponie, Sud Lipez, Patagonie, Lofotens, Islande, Fiordland, Great Ocean Road, Jungle Nord-Thailandaise.

3 Point forts :
+ L’une des double-toit les plus légère du marché
+ Moustiquaire inviolable : Aucun moustique ne passe (du bonheur en Asie !)
+ Grand habitacle

3 Points faibles :
- Résiste mal aux grands vents et aux bourrasques de plus de 70 km/h
- Le tissu vieillit vite avec le temps (de vert on passe a jaune en 6 mois)
- Housse peu résistante

Prix : 240 €

Bilan : 
La Spitfire est la tente avec laquelle j’ai le plus voyagé : J’ai fais le tour du Monde avec !
C’est un modèle idéal pour les « grands », ses mensurations offrent un grand habitacle et sa hauteur permet de se tenir assis sans toucher le plafond, soit une vraie zone habitable, très agréable quand on voyage longtemps !
J’en suis a 85 nuits de suite et elle est toujours en bon état ! C’est une bonne tente de voyage multi-activité, mais insuffisante pour les zones de grands vents.
En Patagonie sur le « W » ca a tenu niquel car abrité des arbres, mais à « Jökulsárlón » en Islande, après une nuit avec des bourrasques a 70 km/h, un arceau s’est tordu (ca a tenu le coup mais la nuit était flippante).
Le rapport qualité prix est excellent mais sa faible tenue par grand vent la limite a une tente de voyage et pas une tente de montagne !

Note perso : 17/20

Ou acheter en France ?
Euréka Europe

 

 

ARIUM 1 (Mc Kinley)

arium1

Arium 1 en Islande

Type : 2 Saisons – Mono-paroi !
Genre : Demi-Dôme
Auto-portante : Non
Respirabilité : Faible
Imperméabilité : Moyenne
Habitabilité : 80 cm de haut, 175 cm de large, 220 cm de long
Arceau : 1 gros et 1 petit
Abside : 30 cm
Tissu sol : 7000 mm
Corps : 5000 mm
Double toit : Non
Encombrement : 45 x 15 cm

Poids : 1.1 kg (sèche) ; 1.2 kg (après la pluie)

Zone de test en milieu sauvage :
Laponie, Islande, Lofotens.

3 Point forts :
+ Poids
+ Très bonne tenue au vent
+ Prix

3 Points faibles :
- Faible résistance a une trop forte humidité
- Pas de double toit
- Abside trop petite

Prix : 100 €

Bilan : 
La Arium est une tente très économique idéale pour un usage occasionnel en milieu sauvage, mais pour un usage quotidien, son manque de respirabilité et son absence d’abside posent des problèmes.
Toutefois sa résistance au vent (structure aérodynamique) et son système de montage (très rapide) en font une très bonne tente pour un usage occasionnel en milieu tempéré !
On peut tenir a deux dedans, un peu serré mais 2 grands rentrent, ce qui est un plus non-négligeable pour ce rapport poids/prix !

Note perso : 17/20

Ou acheter en France ?
Intersport

 

 

Mygale 1 (Ferrino)

mygale1

Mygale 1 en Islande

Type : 2 Saisons – Double toit
Genre : Dôme
Auto-portante : Oui
Respirabilité : Haute
Imperméabilité : Haute
Habitabilité : 80 cm de haut, 90 cm de large, 210 cm de long
Arceau : 1 gros et 1 moyen
Abside : 25 cm
Tissu sol : 3000 mm
Corps : 
Tissu 3000 mm  + Moustiquaire
Double toit : 
3000 mm
Encombrement : 45 x 20 cm

Poids : 1.5 kg (sèche) ; 1.7 kg (après la pluie)

Zone de test en milieu sauvage :
Islande.

3 Point forts :
+ Structure auto-portante
+ Imperméabilité et respirabilité parfaite
+ Structure auto-portante

3 Points faibles :
- Montage difficile a comprendre
- Zone habitable trop petite
- Abside trop petite

Prix : 150 €

Bilan : 
La Mygale 1 est une tente qui convient aux petits gabarits, pour moi c’est trop juste. Sa ventilation est remarquable, c’est vachement bien foutu : a la fois protégé du vent et a la fois aéré par un système d’ouvertures a des endroits stratégiques.
Au final cette tente convient a un usage régulier si on s’habitue a avoir peu d’espace de vie dedans. Autre aspect non négligeable c’est son aérodynamisme a un sens : faut faire attention au sens dans lequel on la pose car un coté est aérodynamique et l’autre est tout le contraire ! La structure autoportante haute et longue permet de suspendre une cordelette au toit, ce qui permet de faire sécher des trucs pendant la nuit au dessus de notre tête !
Bref c’est une bonne tente qui conviendra parfaitement a un petit gabarit ! La personne que je connais qui l’a est une femme et ca lui convient !

Note perso : 15/20

Ou acheter en France ?
Vieux Campeur

 

 

Solo 1 (Gelert)

sologelert

Solo en Normandie

Type : 2 Saisons – Double toit
Genre : Tunnel
Auto-portante : Non
Respirabilité : Moyenne
Imperméabilité : Faible
Habitabilité : 70 cm de haut, 90 cm de large, 250 cm de long
Arceau : 2 moyens
Abside : 30 cm
Tissu sol : 4000 mm
Corps : 
Tissu 2000 mm  + Moustiquaire
Double toit : 
1500 mm
Encombrement : 35 x 15 cm (Un bouteille de 2 litres est plus grosse)

Poids : 1.4 kg (sèche) ; 1.6 kg (après la pluie)

Zone de test en milieu sauvage :
Lofotens.

3 Point forts :
+ Prix hallucinant
+ Faible encombrement
+ Montage rapide

3 Points faibles :
- Confort spartiate
- On ne peut pas s’asseoir
- Imperméabilité

Prix : 50 €

Bilan : 
La Gelert est probablement l’une des tentes légère les moins chère du marché !
Elle conviendra a ceux qui cherchent un usage vraiment occasionnel d’une tente, c’est typiquement le genre de modèle parfait si on veut avoir le choix de faire quelques nuits de camping dans un voyage…
Facile a monter, facile a transporter ! La qualité laisse un peu a désirer et les conditions sont spartiates, mais pour ce prix, c’est quand même taré !
Bref c’est une tente qui conviendra aux petits budgets ! C’est une tente « pour dormir » ce n’est pas un espace de vie !
C’est une parfaite « première tente » !

Note perso : 14/20

Ou acheter en France ?
Raviday Camping

 

 

Gossamer (Jack Wolfskin)

gassamer

Gossamer en Normandie

Type : 3-4 Saisons – Mono paroi (amélioré)

Genre : Tunnel
Auto-portante : Non
Respirabilité : Faible
Imperméabilité : Ultra-haute
Habitabilité : 75 cm de haut, 90 cm de large, 225 cm de long
Arceau : 2 moyens
Abside : Non
Tissu sol : 10000 mm
Corps : 
8000 mm
Double toit : 
Non
Encombrement : 55 x 15 cm

Poids : 1.8 kg (sèche) ; 2 kg (après la pluie)

Zone de test en milieu sauvage :

Lofotens, Laponie.

3 Point forts :

+ Résistance
+ Imperméabilité
+ Prix

3 Points faibles :
- Poids
- Respirabilité
- Faut pas être claustrophobe

Prix : 90 €

Bilan :
La Gossamer c’est du solide ! Hyper résistance, hyper hermétique, hyper imperméable ; qualité allemande, ca cassera jamais.
Son principal défault est son poids, elle est un peu lourde, j’ai hésité a la mettre dans cet article, mais sa résistance en font une tente polyvalente a la limite d’une 4 saisons, l’imperméabilité est tellement forte (10000 mm) qu’on pourrait la planter dans la neige sans problèmes. Par contre sa respirabilité est vraiment très limité, on a vite très chaud dedans ! Sa structure aérodynamique résiste a tout ! Par contre elle est basse, sombre, on a du mal a se mouvoir dedans…
Bref c’est un tank !

Note perso : 15/20

Ou acheter en France ?
Jack Wolfskin

 

 

Rigel X2 (Coleman) - Possédé !

rigelx2

Rigel X2 en Charlevoix

 Type : 1-2 Saisons – Mono paroi

Genre : Tunnel
Auto-portante : Non
Respirabilité : Moyenne
Imperméabilité : Moyenne
Habitabilité : 70 cm de haut, 90 cm de large, 220 cm de long
Arceau : 1 moyen et 1 petit
Abside : Non
Tissu sol : 5000 mm
Corps :
2000 mm
Double toit : 
Non
Encombrement : 40 x 10 cm

Poids : 0.9 kg (sèche) ; 1.1 kg (après la pluie)

Zone de test en milieu sauvage :
Charlevoix, Auvergne.

3 Point forts :
+ Poids !!
+ Housse (intégrée a la tente : un seul élément !)
+ Montage (2-3 mn grand max)

3 Points faibles :
- Imperméabilité
- Ventilation
- Fragilité des arceaux

Prix : 120 €

Bilan :
L’une des tentes mono-paroi la plus légère du marché : 900 g !
Ca a été ma première tente légère, testée pendant des trek en France et au Québec. L’intérêt de ce modèle réside clairement dans le poids !  Ca pèse vraiment rien !
Par contre cet avantage se paie par une faible imperméabilité et une ventilation, certes efficace, mais qui laisse le froid rentrer dans l’habitacle et il faut donc opter pour un bon duvet pour ne pas se geler !
Le montage et le rangement est hyper simple : pas de housse, la tente EST la housse ! Très bien pensé et du coup très rapide a mettre en place !
Cette tente reste un assez bon rapport/qualité/prix et pour vous donner une idée de son potentiel, je l’avait revendue a un ancien collègue qui a traversé la France a pied avec et en était très satisfait !
Bref : une bonne tente d’été quoi !

Note perso : 14/20

Ou acheter en France ?
Tendance Loisir

 

Voilà !

Je suis sur le point de changer mon matériel, car ma Spitfire a bien vécue (3 ans déjà) et elle me fait un peu peur pour la haute montagne (Népal en Février) je vais donc opter pour un autre modèle :
Une Hubba Hubba NX (Msr) ; Soit un modèle milieu-haut de gamme et polyvalente sur de nombreux points !
Mais la on est plus dans des petits prix : 380 €

A savoir qu’il existe encore des tentes plus légères et meilleures, mais il faut un budget conséquent, on dépasse facilement les 500 €, parfois même les 800 €.

Mon dernier conseil :
N’achetez pas du matos de brutes si vous n’avez pas le niveau ou l’usage qui correspond !