• movielist

    10 films sur le voyage

    Chaque voyageur a son petit top 10 de films dont il se sert de source d’inspiration pour aller de l’avant. Ces oeuvre qui présentent une philosophie que...

  • water

    L’eau : Les bases !

    En pleine nature, trouver de l’eau peut s’avérer être une priorité, c’est vital ! Bon ok, on peut très bien en transporter c’est vrai, mais sur 5...

  • olaf

    Snæfellsjökull National Park

    [ISLANDE] « Snæfellsjökull » est le nom d’un volcan situé a l’extrême ouest de la presque île « Snæfellsnes » dans la région du « Vesturland », en Islande. En Islandais « Snæ » signifie...

  • --

    La vérité sur les voyageurs

    Nous sommes beaucoup de choses. On nous appelle voyageurs, souvent un terme utilisé par défaut. Mais nous apprécions être appelé Nomades, Explorateurs,  Vagabonds,  Aventuriers,  Baroudeurs, Gitans, Routard…...

  • mul

    MUL, XUL, VOL, VOTL…

    Le terme « MUL » signifie Marche Ultra Légère. Ce mot est apparu depuis quelques temps dans le jargon de la nouvelle génération des randonneurs. En gros cela consiste...

movielist

Chaque voyageur a son petit top 10 de films dont il se sert de source d’inspiration pour aller de l’avant.
Ces oeuvre qui présentent une philosophie que chaque voyageur reconnaît et affectionne !

Voici la mienne !
Direct dans le bain avec des teaser, pas besoin de longues lignes de description, de toutes façons vous allez cliquer sur play !

 

 

#01 : INTO THE WILD
Tout plaquer et se barrer, faut pas se leurrer on vénèrent tous ce film haha !

 

 

#02 : ONE WEEK
Un gars sur le point de se marier apprend qu’il est atteint d’un cancer avec 10% de chance de survie, il prends sa moto et pars en road trip a travers le pays…

 

 

#03 : TRACKS
Une jeune femme entreprends de traverser la moitié de l’Australie a pied accompagnée d’un chien et de quelques chameaux…

 

 

#04 : LOST IN TRANSLATION
Parce qu’on a tous déjà été en phase de décalage culturel intense.

 

 

#05 : THE BUCKET LIST
2 types en phase terminale d’un cancer décident de profiter du temps qui leur restent, un film qui explique le concept « kick the bucket » !

 

 

#06 : WALTER MITTY SECRET LIFE
Un film qui aborde ce que j’appelle « l’élément déclencheur », le moment ou on saute dans l’inconnu et ou ils nous arrivent plein de trucs de fous !

 

 

#07 : THE MOTORCYCLE DIARIES
Basé sur le livre du même nom du Che, le récit de son voyage a motocyclette a travers l’Amérique du sud, ou comment le voyage change quelqu’un !

 

 

#08 : THE WAY
Le chemin de Compostelle a pied, ou comment rencontrer plein de gens de différents horizons sur la route !

 

 

#09 : WILD
Son mariage s’écroule, elle perd sa mère et sur un coup de tête elle part avec son sac sur la route…

 

 

#10 : CAST AWAY
Et un dernier en mode survival, car si ca m’arrivait je serais aux anges !

 

 

Bon visionnage !

water

En pleine nature, trouver de l’eau peut s’avérer être une priorité, c’est vital !
Bon ok, on peut très bien en transporter c’est vrai, mais sur 5 jours d’autonomie… en raison de la quantité quotidienne consommée (en moyenne 1.5l/jour), même si vous possédez des gourdes, ça fait lourd !
Il faut donc trouver d’autres moyens !

Sauf que, en pleine nature, il y a la théorie et la pratique !
De nombreux livres exposent des tas de techniques super compliquées dont on ne se rappelle pas la moitié la plupart du temps, donc je ne vais pas partir sur ce genre d’exposé et plutôt vous donner quelques petits tuyaux et conseils : la base quoi !

1 : Comment faire pour trouver de l’eau ?
2 : Quels signes nous permettent de savoir si elle est potable ou non ?
3 : Quels sont les risques ?
4 : Comment la prélever, la filtrer ou la désinfecter ?
5 : Bonus

/// 1 : Comment faire pour trouver de l’eau ?

Les animaux sauvages ont les mêmes besoin en eau que les humains, ils sont une très bonne « boussole de l’eau« .
La plupart des mammifères herbivores circulent autour de zones ou ils peuvent s’abreuver, regardez le sol, regardez les arbres, vous trouverez des empruntes qui indiquerons la présence d’un ruisseau ou d’un etang pas très loin !
Si un oiseau vole bas et en ligne droite, c’est qu’il se dirige soit vers son nid, soit vers une source d’eau, reste plus qu’a prendre sa direction !
Ne prenez pas en compte les rapaces ou les animaux carnivores, car ils puisent une bonne partie d’eau dans leur proie et ont donc une autonomie plus large !
Mais un moineau, une perdrix, un daim… etc : eux sont de bons indices !

La plupart des insectes aussi sont de bons indicateurs, les ruches des abeilles par exemple ne sont jamais situées a plus de 5km d’une source importante d’eau, les fourmis sont très dépendantes de l’eau et s’installent souvent près des ruisseaux ou de petits trous d’eau ! Les mouches ou taons ne sont jamais qu’a une centaine de mètres d’un point d’eau !

Bon parfois il ne s’agit que de zones humides, de marécages… ca c’est pas un bon plan !
Mais parfois on tombe sur un ruisseau, une cascade, un lac…
Connaissant tout ces éléments, vous pouvez commencer a chercher !

 

/// 2 : Eau potable ou pas ?

En règle générale, une eau stagnante est un mauvais signe !
Il faut de l’eau en mouvement pour que l’eau soit bien oxygénée, ou une grosse surface (genre un lac) qui soi suffisamment profonde pour que les impuretés soient filtrées.
Oubliez tout de suite un marécage ou une mare vaseuse, ça c’est un aller simple pour l’hosto !

Dans tous les cas mieux vaut ne pas prendre de risques : il faut filtrer l’eau, mais pas n’importe laquelle !

Voici quelques indices vous indiquant les bonnes sources d’eau :

Tout dépends de l’endroit ou vous êtes, en haute montagne, n’importe quel ruisseau jaillissant de la roche est un bon signe, la plupart du temps cette eau est filtrée par la roche et la terre, celle la on peut la boire sans trop la filtrer, c’est a peu près la seule « fiable » même sans filtration !

Plus bas par contre, la ou il y a des zones de pâturages, mieux vaut ne pas la boire car il y a une chance sur deux qu’un animal ait fait ses besoins dans l’eau en amont… si cet animal, disons un mouton par exemple est malade, ses excréments auront contaminé l’eau…
Bon si ça se trouve, il aura fait ça a 10km… dans ce cas, l’eau a eu largement le temps d’être filtrée, mais c’est impossible a savoir :
Ne prenez pas le risque !

Si vous êtes en foret, que ce ruisseau coule sur un lit de terre ou de cailloux et que l’eau est claire, vérifiez que les plantes qui l’entourent sont en bonne santé, des fleurs ou des fougères bien vertes par exemple :
Si oui, elle est potentiellement potable ! Si les plantes sont dans un sale état, ne vous y risquez pas !

gerride

Gerridé = Eau en bonne santé

 

Un peu plus loin, le ruisseau arrivera jusqu’à un mini bassin, une zone plus calme, la présence d‘insectes ou de batraciens peut révéler une eau en bonne santé !
Vous savez sur l’eau parfois on voit des petites bestioles qui « flottent » sur l’eau, ça fait un genre de mini-bulle d’air a la surface de l’eau… ce sont des puces d’eau, il existe aussi des genre d’araignées d’eau appelées gerridés qui sont de bons signes! 
Les puces d’eau sont de petits crustacés qui jouent un rôle majeur dans la filtration de l’eau et qui ne pondent leur oeufs que dans une eau en bonne santé, il en va de même pour les grenouilles et autres petits animaux !
Si il y a des libellules qui volent dans le coin c’est un très bon signe ! En gros plus il y a de la vie, plus c’est l’indice d’une bonne eau !

Un lac ou une rivière de haute montagne, pas trop de problèmes, l’eau vient la plupart du temps des glacier et est donc a peu près pure ! Pas trop de risques !
Mais en basse altitude, il y a eu beaucoup de pollution ! Cette pollution n’est pas forcément liée a l’activité humaine, comme des engrais, herbicides ou crottes d’animaux, il peut aussi s’agir d’un sol acide ou de la présence de champignons dans le sol qui ne filtrent pas assez… Bref cette eau la il faut la désinfecter !

Dans le cas d’une cascade c’est 50/50, si l’eau tombe plus que 2-3 m… elle est suffisamment oxygénée, en dessous de ça bof. Par contre celle au pied de la chute a tendance a rester au même endroit et des animaux (ou humains) y font trempette, amenant du coup tout plein de saloperies !

Mais même principe : Si on est en altitude, a priori pas de problèmes, si on est plus bas : faut la filtrer !

 

/// 3 : Quels sont les risques ?

Déjà il faut savoir que tout le monde est différent et réagis différemment ! Selon l’habitude, selon la résistance naturelle de votre estomac etc
Dans le plus doux des cas, si vous avez fait attention a l’eau que vous avez bu, par exemple un ruisseau en montagne, mais qu’il se trouve que cette eau était un peu trop acide, vous aurez peut être mal au ventre et pour parler simplement et sans détours : vous aurez la chiasse ! Mais il n’y a pas de danger flagrant a part ça dans ce cas de figure !

Dans le pire des cas cela peut aller beaucoup plus loin et plus grave, si vous buvez la mauvaise eau, vous pouvez en mourir !
Les eaux stagnantes s’infectent rapidement :
Des virus, des bactéries, des parasites, des moustiques, des micro organisme… surtout en zone humide ou tropicale !
2 a 3 millions de personnes meurent tous les ans a cause de l’eau !

Les maladies liées a l’eau sont nommées les maladies hydriques, les plus tristement connues sont :
Les Amibes, le Cholera, le Paludisme, la Tiphoïde… et d’autres !

Il faut donc faire TRES attention a l’eau que l’on boit !
Si vous ne savez pas reconnaître une source d’eau potable, la filtrer ou la désinfecter permet de limiter les risques !!

 

 /// 4 : Comment la prélever, la filtrer ou la désinfecter ?

En surface certaines bestioles sont présente et c’est pas top ; au fond de l’eau il y a d’autres saloperies !
Sur une mesure de 1 a 10 (1 étant la surface et 10 le fond) prélevez l’eau entre 6 et 8 !

Pour la filtrer, la solution la plus simple consiste a faire bouillir l’eau pour éliminer toute menace ! La plupart des bactéries meurent passé le cap des 90°, l’eau boue a 100° !
Le seul hic de l’eau bouillante c’est que, ok ca tue les microbes mais ca neutralise aussi la plupart des oligo-éléments dont on a besoin !
C’est la solution radicale pour ne pas prendre de risque et éviter une déshydratation ! Mais il ne vaut mieux pas répéter cette opération tout le temps !
Faites le si vous n’avez pas le choix, dans le cas ou vous ne savez pas reconnaître une eau potable ou si vous ne voulez pas prendre de risques !

Si vous savez a peu près reconnaître une eau en bonne santé (comme ce que j’ai expliqué plus haut) mais que vous n’êtes pas complètement surs, filtrez ou désinfectez la !

La solution la plus simple consiste a se munir de pastilles de désinfection d’eau, exemple « Micropur« .
Une pastille désinfecte 1 litre d’eau en 30mn ! J’en ai toujours une tablette sur moi au cas ou et j’ai déjà « flingué » plusieurs boites !

micropur

Micropur forte !

Vous pouvez aussi faire passer l’eau parmi différents tissus pour la filtrer, par exemple une chaussette (oui d’ou l’expression jus de chaussette) suspendue en l’air et qui va filtrer au goutte a goutte l’eau !
On peux ainsi récupérer ce qui tombe en dessous… mais bon c’est une solution un peu frustre !

Il y a d’autres techniques que vous pouvez utiliser mais elles demandent toutes un peu de matériel.
Voilà une technique toute simple qui ne demande rien d’autre qu’un sac plastique

Ouvrez votre sac, mettez dedans dans cet ordre :
Du sable ou de la terre , des petits cailloux ou graviers et des végétaux (genre des feuilles ou de l’herbe) !
Faites différentes couches quoi, il faut que cela ai une bonne épaisseur et que ce soit un peu lourd !
Attachez le tout a une branche.
Prenez un bout de bois fin comme un cure dent et percez le dessous du sac : un seul trou !
Voilà, plus qu’a mettre un récipient en dessous et a verser l’eau a traiter doucement dans le sac !

Ce système reproduit le filtrage naturel du sol !
Bon c’est du système D donc vous attendez pas a un filtrage de malades, mais ca dépanne !
 /// 5 : Bonus

En hiver, si vous êtes entouré de neige : Ne la faites pas fondre en espérant la boire !
Faites fondre de la glace ! Mais pas de la neige !
La neige est chargée en gaz carbonique et a forte dose c’est toxique !
La glace par contre pas de problèmes (faudra quand même la désinfecter après !)

Allez boire un grand verre d’eau maintenant !

 

 

olaf

[ISLANDE]

« Snæfellsjökull » est le nom d’un volcan situé a l’extrême ouest de la presque île « Snæfellsnes » dans la région du « Vesturland », en Islande.

En Islandais « Snæ » signifie « neige » ; « fell » signifie « qui est tombé » et « jökull » signifie « glacier/montagne ».
La traduction la plus proche est « La montagne de neige » !

Ce volcan a été rendu célèbre grâce a Jules Verne, qui situa l’entrée vers le centre de la Terre au sommet de cette montagne dans son roman « Voyage au centre de la terre« .

La région du volcan comporte 3 petits villages :
Ólafsvík (1100 habs.), Hellissandur (400 habs.) et Arnarstapi (200 habs.)

Tout trois sont des petites communes au patrimoine historique riche et ne vivant presque qu’exclusivement de la pêche et du commerce.

Si on prends l’exemple d’Ólafsvík :
Le village, jadis un des plus célèbre d’Islande, fut fondé a la fin 1700.
Pendant des siècles, c’était un lieu assez isolé. Il était difficile aux bateaux d’accoster ici parce que la baie était ouverte aux tempêtes arrivant du nord.
La première route goudronnée ne fut construite ici qu’en 1963.
Ce qui est intéressant c’est que la plupart des sentiers de randonnée environnants sont en fait les anciennes routes de commerce utilisées depuis des siècles par les locaux pour relier les villages entre eux et qui ont été pour la plupart conservés tel quels !

Faire une randonnée la bas c’est marcher sur l’histoire !

Le village d’Ólafsvík…

En juin 2014, accompagné de deux amis, j’ai fait une randonnée de 14 km entre Ólafsvík et Hellissandur. Nous suivions un de ces fameux sentiers au début, puis nous avons coupés a travers les landes… Ce n’était pas le but mais nous avons quand même réussi a nous perdre… un peu !
En temps normal cette randonnée ne devrait prendre que quelques heures, le dénivelé est globalement assez faible (200m max), mais en Islande le temps change tellement vite qu’on ne peut pas mettre un temps « normal » dans cette région :
Il peut faire un beau soleil sans vent et 30 mn plus tard une grosse pluie avec des bourrasque a 80 km/h.

En fait on a eu de la pluie pratiquement tout le temps, mais comme dans des région telles que l’Ecosse ou l’Irlande, la pluie rend le paysage assez mélancolique et au bout de quelques temps elle ne dérange pas plus que ça !

Quand on regarde vers l’est a 3 km et 150m d’altitude au sud du village.

 

Le terrain ressemble énormément a l’Irlande, des landes a perte de vue et des massifs et montagnes sortant de nul part :
Vous marchez sur un terrain a peu près plat et tout d’un coup il y a une montagne de 300 m de haut devant vous, sortie de nul part, comme ça !
La mélancolie du lieu est surprenante et l’on comprends tout de suite ce qui a inspiré Jules Vernes !

olaf4

Un peu plus a l’ouest !

Dans ce coin de l’Islande on arrive facilement a s’imaginer l’activité volcanique intense qui règne dans le pays tout entier, c’est encore plus sympa quand on sait que plus de 60% des volcans de l’île sont encore actifs.
A cette période de l’année il faisait en moyenne 10° (humide) de nombreux névés étaient encore visible et certains avait complètement fondus, ne laissant que de la terre humide et instable.

Quand vous marchez 5 km sur des cailloux et de la mousse et que, soudainement vous voyez apparaître un beau terrain plat de terre bien lisse, vous trouvez ca suspect et vous avancez prudemment…
Le pied s’enfonce un peu… « tiens a droite c’est stable »… »oula a gauche ca s’enfonce »… « bon je vais marcher la… » etc
Il y a pas mal de « plaques » comme cela sur le chemin !  On a eu quelques petites frayeurs…

Pour se rendre a Ólafsvík :

C’est assez facile d’accès depuis Reykjavik.
Il faut se rendre au terminal de bus « Mjodd » et de la il y a une ligne de bus locaux (« S ») qui peut vous y amener.
Il y a 3 correspondances mais le trajet ne dure que 3h (les bus sont synchros).
Un aller simple vous coûtera 3700 ISK (23 €)

Une fois sur place la ville dispose d’un camping basique et d’un hotel.