• Milford sound

    Ma bucket list

    Une « Bucket list » c’est une liste de choses a faire ou a voir avant de mourir, cela provient du terme anglais « kicked the bucket »   Ce concept...

  • head_tent

    Les tentes : Le brief !

    Comment choisir une tente pour voyager ! Pour beaucoup, une tente, en voyage ou lors de vacances, c’est encombrant, ça pèse du poids, ce n’est pas pratique,...

  • uspallata2

    Uspallata

    [ARGENTINE] Au pied de l’Aconcagua… Uspallata (prononcez « Ouspachatta »), est un petit village argentin situé au beau milieu de la cordillère des Andes. La ville la plus proche est...

  • head_quote3

    Travel quotes

    Tous les voyageurs ont des citations. Au cours de mes voyages, j’en ai découvert, appris et conçu de nouvelles… Je les ai mélangée avec mes propre photos...

  • head_bear2

    Comment réagir face a un Ours ?

    Une petite mise en bouche est nécessaire pour bien comprendre de quel animal on parle ! Il y a différents type d’ours de par le monde, certains...

Milford sound

Une « Bucket list » c’est une liste de choses a faire ou a voir avant de mourir, cela provient du terme anglais « kicked the bucket »

 

Ce concept s’est démocratisé avec le film du même nom, mettant en scène 2 hommes atteints d’un cancer décidant d’utiliser le temps qui leur reste pour réaliser leur rêves et vivre. Mais en réalité le concept est bien antérieur, remontant aux années 1750 ! (Source).

La mienne est principalement composé d’endroits sauvages du monde a voir. Longtemps j’ai griffonné cette liste sur un bout de papier et elle continue de grossir au fur et a mesure que les années passent !
J’en ai déjà réalisé une partie.
Il est temps d’en dévoiler quelques nouveaux, en projets, peux être y trouverez vous des idées !


Ils sont encore sur ma liste :

Voir le « Dunhuang Crescent Spring » au coucher du soleil (Chine).
dunhuang

Aller faire un trek héliporté au « Torngat Mountains National Park » (Canada).
Torngat

Explorer le « Denali national park » en essayant de ne pas me faire courser par un grizzli (USA).
denali

Aller me perdre dans la « forêt de pierre » (Madagascar).
stone

Faire un trip en jeep, sur le « Makgadikgadi Pan », le grand désert de sable plat (Botswana).
Makgadikgadi_Pan

Poser un pied sur les « Chatham Islands » car une fois rendu la, on ne peut pas aller plus loin sur terre, c’est l’opposé de la France (Nouvelle-Zélande).
chatam

Explorer la région de Mohale (Lesotho).
losotho

Faire le tour de l’Annapurna (Nepal).
anna

Voir le Ladakh (Inde).
ladakh

Le Landmannalaugar en autosuffisance… normalement en Juin 2014 ! (Islande).
laud

head_tent

Comment choisir une tente pour voyager !

Pour beaucoup, une tente, en voyage ou lors de vacances, c’est encombrant, ça pèse du poids, ce n’est pas pratique, pas utile…

Quand on pars en voyage, il est préférable d’avoir une tente avec soi si on ne veut pas se ruiner et mieux profiter !
C’est aussi toujours plus agréable d’avoir sa tente pour pouvoir faire tel ou tel trek, pas besoin de louer du matériel moyen a des prix exorbitant, on y va juste !

Personnellement je ne pars jamais en voyage sans ma tente, elle me permet de m’arrêter ou je veux, de ne pas m’inquiéter de l’endroit ou je vais dormir et surtout d’économiser de l’argent !

Pour un minimum de confort, un camping officiel coûte de 40% à 70%  moins cher qu’une auberge… et 80% moins cher qu’un hôtel !
Sur un voyage de plusieurs semaine, ça fait beaucoup d’économie et permet donc de voyager plus longtemps !

De plus dans de nombreuses zones du globe, camper sauvage est gratuit ou toléré !
On peut aussi demander a un habitant si on peut planter sa tente dans son jardin le temps d’une nuit en échange de quelques pièces ou d’un service quelconque.
Sinon on peut (aussi), camper sauvage et donc ne rien dépenser du tout !

Mais comment choisir une tente de voyage  ?

Pour choisir une tente il faut se baser sur 7 critères et trouver un équilibre  :
Le type de tente, L’habitabilité, L’encombrement, L’imperméabilité, La respirabilité, Le poids et bien sur Le prix!

 

1) Le type de tente
Tout dépends de ce que vous allez faire avec votre tente, il en existe différentes sortes et formes :
Tente de camping (classique, pour dormir), tente de randonnée (résistance accrue aux intempéries), tente Bivy ou swag  (un abri très près du sol mais léger), tente tarp (une bâche améliorée pour les bourrins).
Les tentes se classent aussi par saisons (1 saison, 2 saisons etc), chaque saison étant classée par température :
1 saison = été ; 2 saisons = printemps + été ; etc !

 

2) L’habitabilité

Combien serez-vous dans la tente ? Avez vous besoin de place en plus pour votre sac ? Avez vous besoin d’espace ? Êtes vous claustrophobe ?
La plupart des tentes vont de 1 a 4 personnes et elles ont plus ou moins d’espace

 

3) L’encombrement

Le gabarit d’une tente pliée varie !
Cette tente sera attaché a votre sac, il est donc important de minimiser son encombrement ou de vérifier qu’elle peut bien s’intégrer a votre équipement !

 

4) L’imperméabilité

C’est de loin le sujet le plus important et c’est le principal critère technique qui différenciera une tente d’une autre !
Cela concerne a la fois le sol, le toit et le double toit (souvent des unités différentes pour chaque partie)
L’imperméabilité d’une tente est mesurée en unité Schmerber, cela se dit aussi « mm » ou « PU ».
Cette unité de mesure est la norme pour 90% des tentes et vous la verrez partout ! Cela correspond a la pression d’une quantité d’eau (colonne) sur un textile :
1 Schmerber = 1 mm colonne d’eau

Plus ce facteur sera élevé, plus la tente sera imperméable !
En situation, si on se base sur une durée d’une heure, voilà a quoi cela corresponds en dehors de la tente :

500 mm  : Une pluie fine, vous savez, celle qui ne mouille pas vraiment la…
1000 mm : une pluie qui commence a mouiller…
1500 mm : Une averse, ça commence a bien tomber…
3000 mm : La grosse pluie, celle ou vous commencez a courir pour vous abriter
5000 mm : Des flaques d’eau partout, c’est la folie, les gouttes dont mal !
7000 mm : Equivalent gore tex ; peu importe ce qui tombe !
10000 mm : Ok, vous allez camper sous la chute d’eau !
J’ai jamais vu plus que 10000 mm !

en général les tissu de sol sont plus imperméables que le toit !

Il est donc important de ne pas prendre une tente ayant une imperméabilité trop basse pour ne pas avoir a patauger au réveil !
En règle général mieux vaut prendre quelque chose entre 1500 et 2500 mm pour ne pas se compliquer la vie !
Si vous vous rendez dans des zones humides, commencez a 3000 mm !

Après tout dépends de la résistance et de la qualité du tissu, certains tissus sont plus résistant que d’autres !

Exemple :
Une 2 secondes de Quechua est en moyenne a 1500 mm (sol & toit), mais le tissu n’est pas d’une qualité propice a la durée de vie, ce qui fait qu’ après une dizaine d’utilisation son niveau peut descendre a 1000 mm
A l’inverse un tissu 1500 mm d’une tente performante se maintiendra a ce niveau plusieurs années !

 

5) La respirabilité

Selon les matériaux de la tente, elle sera plus ou moins résistante a la condensation !

Prenons l’exemple d’une tente mono-paroi (pas de double toit) :
Elle sont bien isolées pour résister au froid et au vent, peu ou pas d’ouverture… trop bien isolées même, si bien que le matin au réveil, la tente est souvent humide a l’intérieur, mais ce n’est pas de l’humidité liée a la pluie :
C’est due a la déperdition d’eau du corps humain :
Un humain perd en moyenne 1,5L d’eau par nuit, si cette eau ne peut pas s’évaporer a cause d’une isolation trop forte, cela créer une condensation inévitable !
Cette eau se rafraîchit a l’aube et le froid peut se faire ressentir !

Pour pallier a cela, certaines tentes sont munies d’un toit pourvu d’aérations et/ou d’un double toit ; de cette façon l’eau peut s’évaporer.
Il y a aussi des tentes mono-parois qui ont été conçues avec 2 tissus collés l’un contre l’autre : l’intérieur absorbe, l’extérieur retient !

Certaines tentes misent tout sur le double toit et laissent la tente respirer en dessous par une moustiquaire intérieure, elles respirent, ne sont pas humides le matin, mais par contre le vent s’y engouffre plus facilement…
La respirabilité dépends aussi du sac de couchage que vous avez : si vous avez trop chaud, vous générez plus de perte d’eau, donc plus d’humidité etc

Analyser la respirabilité d’une tente est un vrai casse tête mais un passage impératif !
C’est selon les préférences de chacun quoi !

 

6) Le poids

Selon la tente et son habitabilité, son poids changera !
Une tente monoplace varie entre 700g et 3kg.
Une duo commencera a 1kg, une trio a 1.3kg  etc

 

7) Le prix

Pour du matériel acceptable, vous ne trouverez rien en dessous de 100€.
Plus le matériel est technique, plus les prix grimpent… tout dépends de l’usage et des 6 critères clés cités plus haut !

 

 

Mon choix :

J’utilise une « Spitfire Solo SUL » d’ Eurêka depuis 3 ans.

Je la recommande chaudement, voilà ces spécificités :

Type : Randonnée / 2 Saisons
Habitabilité : 1 m de haut, 0.9 m de large, 2.20 m de long
Tissu sol : 10000 mm
Corps : moustiquaire
Double toit : 2500mm
Poids : 1.2kg
Encombrement : 15x50cm
Prix : 250 €

J’ai voyagé 9 mois avec, elle a connu des coins bien paumés !
Mais elle est adaptée a mes besoins, pas forcément aux vôtres… ils vous faut trouver la vôtre !!

 

Bon courage !
Ici commence le casse tête !

PS : Dans un futur proche je vais diffuser des articles sur des test de tentes ! Wait and see !

 

uspallata2

[ARGENTINE]

Au pied de l’Aconcagua…

Uspallata (prononcez « Ouspachatta »), est un petit village argentin situé au beau milieu de la cordillère des Andes. La ville la plus proche est Mendoza, a 110km a l’Est.
C’est le plus proche village de l’Aconcagua, le sommet des deux Amériques, qui culmine a 6 962 mètres.
Son environnement est aride, sec, voir même hostile ! C’est un mélange de pampa, de désert de sable et de roches ocres.


View Larger Map

Au niveau de la flore, on obtient un contraste assez intéressant, car si on regarde aux 4 points cardinaux du village :
- Au Nord, c’est la vallée désertique, des cactus partout, un genre de désert…
- A l’Ouest, ce sont les montagnes de l’Aconcagua.
- A l’Est, ce sont des collines ou l’on trouve un mélange entre arbustes et cactus qui se battent en duel.
- Au Sud, coule le Rio Mendoza, une grande rivière souvent asséchée dont certains bras servent a irriguer les quelques champs du village, on y trouve des arbres, voir même des petites fôrets, des hautes herbes, tout est vert/jaune !

uspa3

Sud-Ouest d’Uspallata

uspa6

Le nord et la vallée !

Le sud-est !

Dans ces conditions arides (oui je crois que « aride » est le mot qui convient le mieux a cette endroit), vivent toutefois de nombreux animaux sauvages !
Déjà, forcément, il y a des serpents en pagaille qui aiment se planquer sous les rochers ! Ensuite il y a souvent des troupeaux de Guanacos (Lama des montagnes) au abords de la rivière ou des chevaux plus ou moins sauvages !
Vous pouvez aussi tomber sur un coyote de temps en temps, on les entends hurler la nuit… C’est un environnement très « Far west » !
D’ailleurs dans le village il y a beaucoup de ferme d’élevage de chevaux, mais quand on voit l’état de la région on comprends vite que c’est le moyen de transport le mieux adapté !

Le village est situé dans une longue vallée entourée de montagnes, ce qui favorise la circulation de l’air et donc du vent ! Il n’est pas rare d’y voir une tempête de poussière ou une mini tornade.
Néanmoins, même si il y a de l’air, en été la température monte quand même a près de 40° a l’ombre.

Dans les environs du village, a quelque kilomètres au sud, il y a un « Cerro Siete Colores », un massif au sept couleurs !
Ce sont des pans de montagne ou l’ont peut voir différentes teintes d’ocre : Rouge, vert, noir, jaune, orange, blanc et gris !
Ce type de massif est très présent en Argentine, il y en a un peu partout, les couleurs varient selon l’endroit.
Le plus connu de ces massifs se situe tout au nord de l’Argentine, dans la région de Tucuman.

Mais le plus intéressant a faire est de marcher quelques kilomètre le long des berges du Rio Mendoza ou d’aller se perdre dans la vallée !
On se sent vraiment isolé de tout !

Le village d’Uspallata

Le village lui présente peu d’intérêt en tant que tel a part un restaurant local dans lequel on prépare du Guanaco grillé, une épicerie, quelques boutiques et… c’est tout !

Mon anecdote la plus mémorable est celle que j’ai raconté a la radio, vous trouverez l’extrait audio dans « A propos«  !

Cette histoire date du mois d’octobre 2011, le premier du mois pour être précis !
J’étais parti plein ouest me faire un petit trek sauvage sur 2 jours histoire de fêter un événement. J’ai du marcher environ 15km sous 38° le long de la rivière. La nuit, je ne peux pas décrire a quel point le ciel était beau ! Perdu a ce point dans les montagne, on voit toutes lés étoiles possibles a l’oeil nu ! J’ai campé dans ce désert !
Le lendemain matin, au réveil, en sortant de ma tente j’ai aperçu 2 gros serpents a sonnettes a quelques pas de moi… je vous laisse écouter la suite dans l’extrait, c’est plus drôle !

 

Se rendre a Uspallata

La route qui passe a Uspallata est la même que celle qui relie Mendoza (en Argentine) a Santiago (au Chili) vous pouvez donc vous y rendre depuis chacune de ces deux villes, en bus ou en voiture !
Je recommanderais plutôt d’y aller par le Chili, car la route est complètement folle, mais mieux vaut ne pas avoir le vertige ! Elle traverse littéralement la cordillère des Andes et passe même au mieux du majestueux Aconcagua dont on peut apercevoir le sommet par temps clair !
Il faut compter 3h depuis Santiago et 1h30 depuis Mendoza !

 

Un bon plan

A 7km au sud du village, se trouve une petit hostel, très agréable ! L’auberge internationale d’Uspallata ! Il y a rarement plus de 3 locataire au même moment et l’endroit est une ancienne ferme ré-aménagée en hostel !
C’est pas cher, très agréable, confortable et on peut même y louer des vélos, ce qui est d’ailleurs fortement conseillé si on veut aller faire ses courses au village !  Le gérant possède quelques chiens joueurs dont un particulièrement fan des cailloux (comprends qui peut). Je recommande extrêmement cet endroit si vous cherchez un coin isolé et authentique en plein dans la cordillère des Andes !

J’ai passé 4 jours la bas, c’est la meilleure auberge nature que j’ai pu voir a ce jour !
Pour s’y arrêter il faut le dire au chauffeur de bus !

N’hésitez pas a commenter !